Aimez vous les uns les autres

Publié le 2 Juin 2011


L’amour chrétien est le fondement de relations familiales réussies et heureuses. "La famille, déclaration au monde» enseigne que «le mari et la femme ont la responsabilité solennelle de s'aimer et de se chérir et d'aimer et de chérir leurs enfants. »

Le véritable amour « excuse tout, croit tout, espère tout, et supporte tout. » « Ainsi, le Christ nous a aimés, et c'est ainsi qu'il espérait que nous nous aimerions les uns les autres."
– Elder Jeffrey R. Holland

Vivre ensemble avec amour

« Aimez-vous, comme je vous ai aimés » (Jean 13:34). De cette simple phrase dépend le succès de chaque mariage et famille. À la lumière de l'amour du Christ nous voyons le potentiel divin de notre famille. Nous les aimons de tout notre cœur, âme et esprit. Et comme nous le faisons, notre famille ordinaire se transforme en une famille extraordinaire.

« C’est une grande bénédiction que de ressentir la sécurité et la constance de l’amour du conjoint, d’un des parents ou d’un enfant. Cet amour nourrit et entretient la foi en Dieu. Cet amour est source de force et bannit la crainte (voir 1 Jean 4:18). Chaque être humain le désire. Nous pouvons devenir plus diligents et plus occupés chez nous en exprimant notre amour et en le montrant de manière cohérente. »
- Elder David A. Bednar

« Parce que l’amour est le grand commandement, il doit être au centre de tout ce que nous faisons dans notre famille, dans nos appels et dans notre métier. L’amour est le baume guérisseur qui répare les fractures dans nos relations personnelles et familiales. Il est le lien qui unit les familles, les collectivités et les nations. L’amour est le pouvoir qui fait naître l’amitié, la tolérance, la politesse et le respect. Il est la source qui vient à bout des divisions et de la haine. L’amour est la flamme qui réchauffe notre vie avec une joie sans égale et un espoir divin. L’amour doit imprégner tout ce que nous faisons. »
- Président Dieter F. Uchtdorf

« C’est parce que c’est dans les relations familiales que nous avons les plus grandes joies et les plus grands chagrins. Nous éprouvons de la joie en faisant passer le bien-être des au-tres avant le nôtre. C’est cela l’amour. Et nous éprouvons du chagrin principalement du fait de l’égoïsme, qui est l’absence d’amour. L’idéal que Dieu nous présente est de fonder une famille de la manière qui a le plus de chances de nous conduire au bonheur et de nous épargner le chagrin. »
- Président Henry B. Heyring

« Nous édifions des relations familiales profondes et aimantes en faisant des choses simples ensemble comme les repas familiaux, des soirées familiales et tout simplement en nous amusant ensemble. Dans les relations familiales, l’amour s’épelle t-e-m-p-s, temps. Prendre du temps l’un pour l’autre est la clé de l’entente au foyer. Nous parlons avec l’un avec l’autre plutôt que l’un de l’autre. Nous apprenons l’un de l’autre et nous apprécions nos différences autant que nos points communs. Nous établissons un lien divin l’un avec l’autre en nous rapprochant ensemble de Dieu par la prière, l’étude des Écritures et le culte du dimanche en famille. »
- Président Dieter F. Uchtdorf

« L’amour est le commencement, le milieu et l’aboutissement du chemin que doit suivre le disciple. Il réconforte, conseille, guérit et console. Il nous fait traverser les vallées de ténèbres et le voile de la mort. En fin de compte, l’amour nous mène à la gloire et à la splendeur de la vie éternelle. (…) Nous aspirons tous à éprouver un amour comme celui-là. Même lorsque nous commettons des fautes, nous espérons que les autres nous aimeront malgré nos imperfections, même si nous ne le méritons pas.

Ah, il est merveilleux de savoir que notre Père céleste nous aime, même avec tous nos défauts ! Son amour est tel que, même si nous baissons les bras, lui ne renonce jamais.Nous nous voyons en termes d’hier et d’aujourd’hui. Notre Père céleste nous voit en termes d’éternité. Alors que nous pourrions nous contenter de moins, notre Père céleste ne le fera jamais, car il voit en nous les êtres glorieux que nous sommes capables de devenir.L’Évangile de Jésus-Christ est un Évangile de transformation. Il nous prend, hommes et femmes de la terre, et nous raffine pour faire de nous des hommes et des femmes pour l’éternité.

L’instrument de ce raffinement est notre amour chrétien. Il n’est pas de douleur qu’il ne puisse apaiser, d’amertume qu’il ne puisse enlever, de haine qu’il ne puisse changer. Sophocle, le dramaturge grec, a écrit: « Un mot nous libère de tout le poids et de toute la douleur de la vie. Ce mot c’est l’amour. » Les moments les plus précieux et les plus sacrés de notre vie sont ceux qui sont remplis de l’esprit d’amour. Plus la mesure de notre amour est grande, plus notre joie est grande. En fin de compte, l’acquisition de ce genre d’amour est la vraie mesure du succès dans la vie.

Aimez-vous le Seigneur ?

Passez du temps avec lui. Méditez sur ses paroles. Prenez son joug sur vous. Cherchez à comprendre et à obéir parce que « l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. » Quand nous aimons le Seigneur, l’obéissance cesse d’être un fardeau. L’obéissance devient un plaisir. Quand nous aimons le Seigneur, nous cherchons moins les choses qui nous profitent et nous tournons notre cœur vers les choses qui vont faire du bien aux autres et vont les édifier.

Quand notre amour pour le Seigneur s’approfondit, notre esprit et notre cœur se purifient. Nous éprouvons « un grand changement… dans notre cœur, de sorte que nous n’avons plus de disposition à faire le mal, mais à faire continuellement le bien. »
- Elder Joseph B. Wirthlin

1 commentaire:

benbros a dit…

Combien dans notre recherche du "bonheur", l'amour est une remise en question de nos actes comme de nos paroles. C'est possible car notre potentiel est divin et éternel.