Message de Thomas S. Monson, président de l’Église


Le 13 Février 2013

Il revient sur les cinq années passées et souligne le besoin d’aller au ‘secours’ d’autrui

Par Thomas S. Monson

 
Cela fait cinq ans que je suis devenu président de l’Église. Je trouve approprié de revenir sur ces cinq années et de me tourner vers l’avenir.

Tout au long de mes années en tant qu’Autorité générale, j’ai insisté sur le besoin de sortir nos frères et sœurs des nombreuses situations qui peuvent les priver de toutes les bénédictions que l’Évangile peut apporter. Depuis que je suis devenu président de l’Église, j’ai ressenti une urgence accrue que nous participions à cet effort de sauvetage. Lorsque des membres fidèles de l’Église ont tendu la main avec amour et compréhension, beaucoup de personnes sont redevenues pleinement pratiquantes et jouissent de bénédictions supplémentaires dans leur vie. Cependant, il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine et j’incite tout le monde à continuer à tendre la main pour secourir les personnes qui en ont besoin. Le Seigneur a dit : « Quand tu seras converti, affermis tes frères » (Luc 22:32).
Depuis que l’annonce a été faite lors de la conférence générale d’octobre passé, selon laquelle l’âge de départ en mission pour les jeunes gens et les jeunes filles a été abaissé, le siège de l’Église a reçu des milliers de candidatures missionnaires supplémentaires. Non seulement davantage de service missionnaire permettra-t-il à davantage de personnes qui recherchent honnêtement la vérité d’avoir connaissance de l’Évangile, mais nos missionnaires seront aussi bénis d’innombrables façons en consacrant leur temps et leurs talents au service du Seigneur. J’ai souvent dit qu’une mission donne une fondation solide sur laquelle édifier sa vie future. Non seulement des personnes seront bénies d’aller en mission, mais l’Église toute entière sera aussi fortifiée.

Nos efforts pour bâtir des temples continuent sans relâche. Au cours des cinq années écoulées, trente-et-un nouveaux temples ont été annoncés. Pendant cette même période, seize temples ont été consacrés, cinq autres ont été consacrés à nouveau après avoir subi des rénovations importantes. Quand le temple de Tegucigalpa (Honduras) sera consacré en mars de cette année, nous aurons cent quarante-et-un temples en activité, partout dans le monde. Ces chiffres vont continuer à augmenter à mesure que nous continuerons à rendre les temples accessibles à tous nos membres, où qu’ils vivent.
Nous continuons à insister sur le besoin qu’ont nos membres de continuer à œuvrer pour les membres de leur famille décédés. Nous avons le devoir de rechercher nos morts et de leur donner l’occasion d’accepter les ordonnances et les bénédictions de l’Évangile. Nous accomplissons ceci en veillant à ce que les ordonnances soient accomplies pour eux. Joseph F. Smith, parlant de l’œuvre pour les morts, a déclaré : « Grâce aux efforts que nous faisons en leur faveur, les chaînes de leur servitude tomberont et les ténèbres qui les entourent se dissiperont afin que la lumière brille sur eux, qu’ils apprennent, dans le monde des esprits, l’œuvre qui a été faite pour eux par leurs descendants ici-bas et qu’ils se réjouissent avec vous de ces devoirs que vous avez accomplis » (Rapport de conférence, octobre 1916, p. 6).
Dans cette dispensation de la plénitude des temps remarquable, les occasions que nous avons de nous servir mutuellement sont illimitées. Nous sommes entourés de personnes qui ont besoin de notre attention, de nos encouragements, de notre réconfort, de notre soutien, de notre gentillesse, qu’ils soient membres de notre famille, membres de notre paroisse, amis, relations ou même étrangers. En servant nos semblables, nous servons le Seigneur. « Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits…c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25:40). Puissions-nous toujours être occupés à accomplir de tels services.
Je félicite toutes les personnes qui remplissent fidèlement leurs responsabilités et leurs appels dans l’Église, quels qu’ils soient. Si vous n’avez pas d’appel actuellement, vous avez la responsabilité de soutenir ceux qui en ont. Quand nous sommes dignes de confiance et responsables dans l’accomplissement de nos appels, nous accomplissons beaucoup de bien, pour nous aussi bien que pour les autres. En travaillant tous ensemble, nous nous fortifierons mutuellement et, ce faisant, nous affermiront l’Église dans son ensemble.
Cette année marque le cinquantième anniversaire de mon appel au Collège des douze apôtres. J’avais trente-six ans lors de mon appel. En août dernier, j’ai célébré mon quatre-vingt-cinquième anniversaire. Certains des membres plus âgés du Collège des Douze ont quelques années de plus que moi. L’âge finit par tous nous affecter. Cependant nous joignons nos voix à celle du roi Benjamin qui a dit, comme le deuxième chapitre de Mosiah le rapporte : « Je suis semblable à vous, sujet à toutes sortes d’infirmités de corps et d’esprit ; cependant j’ai été choisi… et consacré par mon père… et j’ai été gardé et préservé par sa puissance incomparable, pour vous servir de tout le pouvoir, de tout l’esprit et de toute la force que le Seigneur m’a accordés » (Mosiah 2:11). En dépit des difficultés de santé qui peuvent nous affecter, de la faiblesse de notre corps ou de notre esprit, nous servons du mieux que nous pouvons. Je vous assure que l’Église est en de bonnes mains. Le système mis en place pour le Collège de la Première Présidence et le Collège des Douze assure qu’elle sera toujours en de bonnes mains et que, quoi qu’il arrive, il n’y a pas lieu de se faire du souci ou d’avoir peur. Notre Sauveur, Jésus-Christ, que nous suivons, que nous adorons et que nous servons, est toujours à la barre.
En allant maintenant de l’avant, puissions-nous suivre son exemple. Il a laissé les empreintes de ses pas sur le sable du bord de la mer, mais il a laissé ses principes d’enseignement dans le cœur et la vie de tous ceux qu’il a instruits. Il a instruit ses disciples et il nous dit les mêmes paroles : « Suis-moi » (Jean 21:22). Puissions-nous toujours le suivre.


(Publié par DeseretNews - Traduit par Muriel - Photo DeseretNews)

2 commentaires:

Jean-Pierre DUPRE a dit…

Quel magnifique message d'amour et d'espoir. Merci Président Monson, puissions-nous avoir un aussi puissant désir de servir que vous le faite. Que le Seigneur vous garde et vous bénisse pour votre Amour indéfectible.

Missionnaires à Madagascar a dit…

Combien ce message nous conforte dans le service à notre prochain. Combien je voudrais dire merci a tous les servants du Temple de Papeete Tahiti qui donne de leur temps chaque semaine afin que l'œuvre continue d'aller de l'avant.