Conférence Générale : Réunion de la Société de Secours - Octobre 2012

Publié le 30 Septembre 2012

Regardez la retransmission de la conférence générale de la Société de Secours de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours (en Français). Cette conférence à eu lieu le Samedi 29 Septembre 2012 à Salt Lake City en Utah.





La Société de Secours est l’une des plus anciennes et des plus grandes organisations de femmes au monde. La Société de Secours a été établie en 1842 pour les femmes de plus de dix-huit ans. Son objectif est d’édifier la foi et la justice personnelle, de fortifier la famille et le foyer et d’aider les personnes dans le besoin.



Notre témoignage au monde

Publié le 29 Septembre 2012

Dieu est à la barre. Nous lui demanderons de nous guider. Nous écouterons la petite voix tranquille de la révélation. Et nous avancerons selon ses indications.


«Nous croyons en Dieu, le Père éternel, en son Fils Jésus-Christ, et au Saint-Esprit» (1er article de foi). C’est le premier élément de nos croyances. Nous parlons ouvertement de l’existence du Seigneur Jésus-Christ vivant. Nous déclarons sans équivoque qu’il a opéré l’expiation pour tout le genre humain. Cet acte a apporté l’assurance de la résurrection universelle et a ouvert la voie de l’exaltation dans le royaume de notre Père.

Voilà le fond de notre déclaration au monde. Voilà la substance de notre doctrine. C’est là la source de notre foi. Que nul ne dise que nous ne sommes pas chrétiens.

Nous nous souvenons dans notre patrimoine pionnier de Brigham Young et de quelques autres. Mais qu’en est-il des inconnus, des obscurs, des anonymes, qui ont mis l’Evangile en application, qui ont aimé le Seigneur et accompli leur tâche quotidienne sans tambour ni trompette. Leur récompense éternelle sera-t-elle moindre? Je ne le pense pas.

Il en est de même pour nous. Nous apportons chacun notre contribution, qui s’ajoute aux autres. Votre contribution à cette grande cause est aussi acceptable que la nôtre. Jésus a dit: «Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous» (Marc 9:35).

Mes frères et sœurs, nous faisons tous partie d’une grande famille. Chacun a une tâche, chacun a une mission à accomplir.

Lorsque nous mourrons, ce sera une récompense suffisante de pouvoir dire à notre Maître bien-aimé: «J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi» (2 Timothée 4:7).


Gordon B. Hinckley

Gardien(ne)s de la vertu

Publié le 28 Septembre 2012


Préparez-vous maintenant afin de vous qualifier pour recevoir les bénédictions qui vous attendent dans les saints temples du Seigneur





Dans un monde qui évolue de plus en plus dans la pollution morale, la tolérance du mal, l’exploitation des femmes et la déformation des rôles, vous devez être des gardiennes [et gardiens] de vous-mêmes, de votre famille et de toutes les personnes que vous fréquentez. Vous devez être des gardiennes [et gardiens] de la vertu.


Qu’est-ce que la vertu et qu’est-ce qu’un gardien ? « La vertu est un mode de pensée et de conduite basé sur des principes moraux élevés. Elle comprend la chasteté et la pureté [morale] ». Et qu’est-ce qu’un gardien ? Un gardien est quelqu’un qui protège et défend.


Ainsi, en tant que gardiennes [et gardiens] de la vertu, vous protégerez et défendrez la pureté morale parce que le pouvoir de créer la vie est un pouvoir sacré et élevé qui doit être sauvegardé jusqu’à votre mariage. La vertu est une condition pour que le Saint-Esprit vous accompagne et vous guide. Vous aurez besoin qu’il vous guide pour vous diriger correctement dans le monde dans lequel vous vivez. Il est requis d’être vertueux pour entrer dans le temple. Et c’est requis pour être digne de se tenir en la présence du Sauveur. Vous vous préparez maintenant pour ce moment. Mon progrès personnel et les principes énoncés dans Jeunes, soyez forts sont importants. Si vous appliquez les principes indiqués dans chaque livret, cela vous fortifiera et vous aidera à devenir plus digne du royaume. (...)


Vous êtes engagées dans une grande œuvre ! Et vous n’êtes pas seul(e)s ! Protégez votre vertu et votre pureté et vous recevrez de la force. Respectez les alliances que vous avez faites et le Saint-Esprit vous guidera et vous protégera. Vous serez entourées par des armées célestes d’anges. Le président Monson nous rappelle : « Souvenez-vous que nous ne courons pas seuls dans cette grande course de la vie ; nous avons droit à l’aide du Seigneur. » Préparez-vous pour le jour où vous entrerez dans le temple du Seigneur dignes et prêtes à faire des alliances sacrées. En tant que gardiennes de la vertu, vous aurez la volonté de rechercher le Sauveur dans sa sainte maison.

Elaine S. Dalton, Présidente générale des Jeunes Filles de l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours





La simplicité - summum de la complexité

Publié le 26 Septembre 2012


« Nous devons renoncer à certaines bonnes choses afin d’en choisir d’autres qui sont meilleures ou les meilleures parce qu’elles augmentent la foi au Seigneur Jésus-Christ et fortifient notre famille. »


La recherche des meilleures choses mène inévitablement aux principes fondamentaux de l’Évangile de Jésus-Christ, les vérités simples et belles que nous a révélées un Père céleste attentionné, éternel et omniscient. Ces points de doctrine et ces principes essentiels, bien qu’assez simples pour qu’un enfant les comprenne, répondent aux questions les plus complexes de la vie.


Dans notre soif de solutions compliquées, parfois nous n’apprécions pas la beauté et la clarté qui découlent de la simplicité.


Léonard de Vinci aurait dit : « La simplicité est le summum de la complexité. » Lorsque nous regardons les principes fondamentaux du plan du bonheur, le plan du salut, nous pouvons reconnaître et apprécier dans sa clarté et sa simplicité l’élégance et la beauté de la sagesse de notre Père céleste. Ensuite, le commencement de la sagesse est de remplacer nos voies par les siennes.


Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence de l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours

Aimez votre femme

Publié le 24 Septembre 2012

Si le mari fait passer les besoins de sa femme avant les siens, son amour pour elle grandira......



C’est le conseil donné par Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, qui répète une exhortation en trois mots souvent adressée aux maris par les prophètes et les apôtres : « Aimez votre femme. »


« Il faudra de la foi et de l’humilité pour faire passer ses intérêts avant les vôtres dans les difficultés de la vie », dit le président Eyring. « Vous avez la responsabilité de pourvoir aux besoins de la famille et de veiller sur elle avec votre femme, tout en servant les autres. À certains moments, cela peut consumer toute l’énergie et toute la force que vous avez. L’âge et la maladie peuvent augmenter les besoins de votre femme. Je vous promets que, si vous choisissez alors de faire passer encore son bonheur avant le vôtre, votre amour pour elle augmentera. »


Les maris peuvent aussi être une bénédiction pour leur femme en préservant le romantisme de leur mariage », dit frère Nelson. « Faites preuve de considération et de gentillesse dans l’intimité des liens tendres de votre mariage. Que vos pensées et vos actes inspirent confiance. Que vos paroles soient saines et que le temps que vous passez ensemble soit édifiant. Que rien dans la vie ne prenne la priorité sur votre femme : ni votre travail, ni vos divertissements, ni vos passe-temps. »


Les expressions d’amour et de reconnaissance « font plus que souligner une pensée ou un geste aimable », dit frère Nelson.« Lorsque les conjoints reconnaissants recherchent le bien chez l’autre et se complimentent sincèrement, la femme et le mari s’efforcent de devenir la personne décrite par ces compliments. »
Et, il a ajouté : « Surtout, ne soyez pas égoïste ! Engendrez un esprit d’altruisme et de générosité. Fêtez et sachez apprécier chaque jour comme étant un don précieux des cieux. »


Montrez la voie avec amour



Les maris peuvent aimer leur femme en exprimant verbalement leur amour, enseigne frère Scott. « Dites-vous souvent à votre femme à quel point vous l’aimez ? Vous devez le lui dire. Cette assurance renouvelée épanouit une femme, la fait progresser et lui fait énormément de bien. Exprimez de la reconnaissance à votre femme pour ce qu’elle fait pour vous. Exprimez souvent cet amour et cette reconnaissance. »



Entraidez-vous


« L’un des grands buts de l’amour véritable est de nous aider les uns les autres », dit Jeffrey R. Holland du collège des douze apôtres. « Nous pouvons supporter presque tout du moment que nous avons quelqu’un à nos côtés qui nous aime vraiment, qui allège notre fardeau et qui facilite notre tâche… L’amour est fragile et certains éléments de la vie peuvent le briser. De nombreux dommages peuvent être faits si nous ne sommes pas entre des mains tendres et attentionnées. Se donner totalement à une autre personne, comme c’est le cas dans le mariage, exige la confiance totale, une étape des plus importantes dans les relations humaines. »


« Le véritable amour fleurit là où l’on se soucie plus de quelqu’un d’autre que de soi-même », dit frère Holland. « Le grand sacrifice expiatoire du Christ est un exemple pour nous, et il doit être plus manifeste dans la gentillesse, le respect, l’altruisme et la courtoisie dont nous faisons preuve dans nos relations personnelles. »


Exprimez et faites preuve d’amour et de reconnaissance


David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, explique que les expressions d’amour et de reconnaissance « n’ont pas besoin d’être fleuries ou longues. Nous devons simplement exprimer sincèrement et souvent notre amour. »
Les maris montrent également leur amour par la façon dont ils traitent leur femme. Il ajoute : « Nous devons nous rappeler que le fait de dire ‘je t’aime’ n’est qu’un début. Nous devons le dire, nous devons le penser, et, surtout, nous devons le montrer régulièrement. Nous devons exprimer notre amour et aussi en donner la preuve. »


Il promets ainsi aux couples une abondance de joie, de confiance et de force. « Ressentir la sécurité et la constance de l’amour du conjoint est une grande bénédiction. Cet amour nourrit et entretient la foi en Dieu. Cet amour est source de force et bannit la crainte. Chaque être humain le désire. »

Un principe simple mais profond

Publié le 21 Septembre 2012

Il y a un principe simple mais profond, sublime même, qui englobe la totalité de l’Évangile de Jésus-Christ.

Si nous adoptons ce principe sans réserve et en faisons le centre de notre vie, il nous purifiera et nous sanctifiera de sorte que nous pourrons vivre à nouveau en présence de Dieu.


Le Sauveur a parlé de ce principe quand il a répondu au pharisien qui demandait : « Maître quel est le plus grand commandement de la loi ? »Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.


« C’est le premier et le plus grand commandement.« Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matthieu 22 :36-40).


Ce n’est que lorsque nous aimons Dieu et le Christ de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre pensée que nous pouvons exprimer cet amour à nos voisins par des actes de gentillesse et de service, la façon dont le Sauveur nous aimerait et nous servirait s’il était aujourd’hui parmi nous.


Quand cet amour pur du Christ, la charité, nous enveloppe, nous pensons, nous ressentons et nous agissons davantage comme notre Père céleste et Jésus penseraient, ressentiraient et agiraient. Notre motivation et notre désir sincère sont identiques à ceux du Sauveur. Il a parlé de ce désir à ses apôtres la veille de sa crucifixion Il a dit :


« Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés…« À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13:34-35).


L’amour que le Sauveur décrit est un amour actif. Il ne se manifeste pas par de grandes actions héroïques, mais par des actes simples de gentillesse et de service.


Il y a une infinité de façons de servir les autres et de les aimer et une multitude de circonstances pour le faire. En voici une :




Avoir de la joie

Publié le 20 Septembre 2012

Prenez-vous chaque jour le temps de découvrir comme votre vie peut être belle?





Depuis quand n’avez-vous pas regardé un coucher de soleil? Les rayons mourants qui caressent, avant de disparaître, les nuages, les arbres, les collines, la plaine, dans la sérénité, parfois dans un embrasement de couleurs et de formes. Et la splendeur d’une nuit sans nuage quand le Seigneur dévoile les merveilles des cieux, les étoiles scintillantes, les rayons de lune, pour aviver notre imagination par sa grandeur et sa gloire. Comme c’est fascinant d’observer une graine plantée dans un sol fertile germer, prendre de la force et donner naissance à une pousse minuscule, apparemment insignifiante. Patiemment, elle commence à grandir, à développer sa propre personnalité selon le code génétique que le Seigneur a prévu pour guider son développement. Avec des soins, elle deviendra assurément ce qu’elle est destinée à être; un lis, couronné de grâce et de beauté, un plant de menthe odorant, une pêche, un avocat ou une belle fleur au parfum et à la nuance d’une unique délicatesse.


Quand avez-vous observé pour la dernière fois se former un minuscule bouton de rose? Chaque jour il acquiert une personnalité nouvelle et impressionnante, plus de promesse de beauté, jusqu’à ce qu’il devienne une rose majestueuse. Vous êtes l’une des plus nobles créations de Dieu. Il veut que votre vie soit d’une glorieuse beauté, quelle que soit votre situation. En étant reconnaissant et obéissant, vous pouvez devenir tout ce que Dieu vous destine à être.

Tristesse, déception, graves difficultés sont des événements de la vie, non la vie elle-même. Je ne minimise pas la gravité de certains de ces événements. Ils peuvent durer assez longtemps, mais vous ne devez pas leur permettre de dominer tout ce que vous faites. Le Seigneur a inspiré à Léhi d’énoncer la vérité fondamentale: «Les hommes sont pour avoir de la joie.»


C’est une déclaration conditionnelle: «Pour avoir de la joie.» Elle n’est pas conditionnelle pour le Seigneur. Son intention est que chacun de nous trouve la joie. Vous la trouverez si vous obéissez aux commandements, avez foi au Maître et faites ce qui est nécessaire pour la connaître ici-bas.


Richard G. Scott - Apôtre de Jésus Christ - Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours







L’obéissance aux commandements de Dieu

Publié le 18 Septembre 2012

L’obéissance aux commandements de Dieu nous aide à nous qualifier pour toutes les bénédictions de la vie éternelle.




Dieu ne veut pas que nous respections ses conseils divins aveuglément ou par peur du châtiment. Il veut que nous obéissions intelligemment, de notre plein gré. Nous avons besoin d’obtenir notre témoignage ou croyance personnelle que les commandements viennent véritablement de lui et qu’ils nous aident à mener une vie plus heureuse. Pour obtenir ce témoignage, nous devons faire preuve de foi. Nous devons avoir un réel désir et nous devons être disposés à faire tout ce qui est nécessaire pour savoir que ces choses sont vraies.

Dans le Livre de Mormon, notre Père céleste fait la promesse suivante :

« Et lorsque vous recevrez ces choses, je vous exhorte à demander à Dieu, le Père éternel, au nom du Christ, si ces choses ne sont pas vraies ; et si vous demandez d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ, il vous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit » (Moroni 10:4).

Nous pouvons savoir par nous-mêmes que ces choses sont vraies. Lorsque nous saurons que quelque chose est vrai, nous aurons le désir de nous y conformer pour le reste de notre vie. Nous n’aurons pas l’impression que les commandements sont des règles arbitraires émanant d’un Dieu indifférent. Nous les considérerons comme des conseils divins qui nous permettent de tenir notre cap dans la confusion de la vie ici-bas. Nous verrons les bienfaits découlant de l’obéissance à ces directives dans notre vie quotidienne et nous aurons un plus grand sentiment de paix et de spiritualité.


Et pour vous,  quelles bénédictions avez-vous vu dans votre vie grâce à votre obéissance aux commandement de Dieu ?
    





L’Évangile répond à toutes les questions

Publié le 17 Septembre 2012

« Puissions-nous tous nous souvenir que, si nous vivons l’Évangile et suivons les conseil des dirigeants de l’Église, nous serons bénis et éviterons beaucoup des problèmes qui affligent le monde. Le Seigneur connaît les difficultés que nous rencontrons. Si nous respectons ses commandements, nous aurons droit à recevoir la sagesse et les bénédictions des cieux pour les résoudre »
Président Kimball


L’Évangile est vrai....Il répond à toutes les questions de la vie et à tous les problèmes que nous rencontrons. S’adressant aux missionnaires, président Benson à dit : « Je vous témoigne que nous avons les réponses aux problèmes du monde. Nous savons où nous allons. Nous avançons et le Seigneur dirige son œuvre par l’intermédiaire d’un prophète de Dieu et de témoins spéciaux qui attestent de la divinité de [notre] Seigneur [et Sauveur] Jésus-Christ, qui est le Dieu de ce monde sous la direction du Père. Nous ne pouvons échouer dans cette œuvre » (« Les clés du succès de l’œuvre missionnaire des membres », L’Étoile, avril 1991, p. 7).

Avec l’assurance des prophètes de Dieu, il est clair que la route est bien tracée pour que nous puissions mettre en pratique l’Évangile de Jésus-Christ dans notre vie.[...] L’Évangile a les réponses. C’est [...] servir, remplir son ministère, les ordonnances et le respect des alliances. Et, avec le temps, cela nous transforme. Avec le temps, cela augmente notre capacité d’affronter les problèmes. Cela nous aide réellement à prévenir et à éviter, comme l’a dit président Kimball, je pense que c’était, éviter beaucoup des difficultés de la vie et à puiser l’aide divine.


Et pour moi, la clé est le don du Saint-Esprit. Nous avons ces bénédictions, cette direction constantes et l’aide, la consolation et les dons de l’Esprit pour nous faire traverser la vie, quoi qu’il arrive.

C’est notre tuteur dans l’application de l’Évangile, notre guide et notre réconfort. Et mon témoignage est que le Saint-Esprit et son pouvoir sont réels, que le Seigneur Jésus-Christ et son pouvoir rédempteur sont réels et que Dieu, notre Père céleste, qui nous aime et a préparé la voie pour nous grâce à l’Évangile est en effet notre Père et qu’il vit. Et je témoigne de tout cela, au nom de Jésus-Christ.


Extrait d'un entretien avec l'Apôtre L. Tom Perry et l'Apôtre D. Todd Christofferson - Février 2012







Finir la course

Publié le 14 Septembre 2012

Plus d’une heure après que le médaillé d’or ait passé la ligne d’arrivée du marathon des Jeux Olympiques de 1968 à Mexico, John Stephen Akhwari de Tanzanie entra dans le stade. Seulement quelques spectateurs avaient attenu que le dernier coureur arrive. L’athlète souffrait de crampes aux jambes et saignait. Il était déshydraté et désorienté.



Tandis qu’il passait la ligne d’arrivée, une petite foule l’acclama, appréciant ce qui allait devenir la plus célèbre dernière place de l’histoire.

Mais ce n’était pas la performance de ce coureur qui retint leur attention – et l’attention de milliers d’autres durant presque cinq décennies plus tard. C’était son désir de finir la course et d’endurer jusqu’à la fin.

Après l’événement en 1968, un journaliste demanda au coureur pourquoi il n’avait pas abandonné la course alors qu’il n’avait aucune chance de la gagner. L’athlète tanzanien répondit : « Mon pays ne m’a pas envoyé à Mexico pour commencer la course. Ils m’ont envoyé la finir ».

Chacun d’entre nous, faisant face à des défis dans notre propre course dans la vie, devrions avoir la même attitude.

« L’Apôtre Paul a comparé la vie à une course » a dit le Président Thomas S. Monson à la conférence générale d’Avril dernier . Il exhorte ainsi les hébreux « Rejetons … le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte » (Hébreux 12 :1). Dans notre zèle, ne négligeons pas le sage conseil de l’Ecclésiaste : « La course n’est point aux agiles, ni la guerre aux vaillants » (Ecclésiaste 9 :11) En réalité, le prix appartient à celui qui persévère jusqu’à la fin.

Elder Robert D. Hales a déclaré à la conférence générale d’Avril 1998 que nous ne pouvons pas espérer apprendre la persévérance si nous avons pris l’habitude d’abandonner lorsque les choses deviennent difficiles.

« Les prophètes de toutes les époques nous ont montré l’exemple de la fidélité en supportant avec courage les épreuves et les tribulations pour faire connaître la volonté du Seigneur » dit-il « Le plus grand exemple que nous ayons est celui de notre Sauveur et Rédempteur Jésus Christ ».

Suivre l’émulation du Sauveur et endurer jusqu’à la fin valent bien l’effort. Le Seigneur a promis la vie éternelle à ceux qui gardent Ses commandements et finissent la course.

« C’est pourquoi vous devez marcher résolument, avec constance dans le Christ, ayant une espérance d’une pureté parfaite et l’amour de Dieu et de tous les hommes ; c’est pourquoi, si vous marchez résolument, vous faisant un festin de la parole du Christ et persévérez jusqu’à la fin, voici ainsi dit le Père : Vous aurez la vie éternelle. » (2 Néphi 31 :20)

Un poète a exprimé les mêmes sentiments dans la strophe suivante :

« Attachez vous à votre devoir jusqu’à qu’il s’attache à vous ;
Nombreux sont ceux qui commencent, peu sont ceux qui finissent.
Honneur, puissance, rang et louange
Viendront toujours à celui qui persévère.
Attachez vous à votre devoir jusqu’à ce qu’il s’attache à vous
Pliez vous pour lui, transpirez pour lui, souriez pour lui aussi,
Ployer, transpirer et sourire
Feront de vous, au bout d’un certain temps, le vainqueur de la vie »

(extrait de Best-Loved Poems of the LDS People, ed/ Jack Lyon and others (1996) pp 255-56)

Lors de la Réunion Générale des Jeunes Filles en 2102, le Président Monson a dit que la définition de «endurer » était « résister avec courage ».

« J’ai parlé durant des années avec beaucoup d’individus qui m’ont dit, « J’ai tant de problèmes, tant de préoccupations. Je suis débordé par les défis de la vie. Que puis-je faire ? » Je leur ai présenté, tout comme je vous le présente, cette suggestion spécifique : demandez un conseil céleste, un jour à la fois. La vie à grands pas est difficile, mais à petits pas c’est un jeu d’enfant. Chacun d’entre nous peut être juste pendant simplement une journée – et puis une journée encore et encore une autre – jusqu’à ce que nous ayons une vie guidée par l’Esprit, une existence proche du Seigneur, une vie remplie de bonnes actions et de droiture. »

En effet, la récompense de ceux qui endurent et finissent la course de la vie est grande. Car « celui qui persévère dans la foi et fait ma volonté, celui-là vaincra » (DA 63 :20)

La plupart des gens ont oublié le nom de l’homme qui a gagné la médaille d’or du marathon des Jeux Olympiques de 1968. Mais l’histoire de John Stephen Akawari vit encore. Après son héroïque défaite, beaucoup ont écrit sur l’endurance de cet athlète qui a fini à la dernière place. « Aujourd’hui, nous avons vu un jeune coureur africain qui symbolise ce qu’il y a de mieux dans l’esprit humain, une performance qui donne la signification du mot courage » a écrit un reporter après la course. « Pour certains, la seule récompense est une récompense personnelle – la satisfaction d’avoir terminé ce qu’ils avaient décidé de faire » (The Last African runner « Olympiad series, written, directed and produced by Bud Greenspan, Cappy Productions, 1976, vidéocassette)

Elder Hales a dit qu’Akhawari avait été capable de finir la course « parce qu’il savait qui il était – un athlète représentant la Tanzanie. Il connaissait son objectif – finir la course. Il savait qu’il devait endurer jusqu’à la fin, afin de pouvoir retourner en Tanzanie, la tête haute.

Cela ressemble beaucoup à notre mission dans la vie. Notre Père Céleste ne nous a pas envoyé pour naître. Nous avons été envoyés pour endurer et retourner à lui la tête haute. (Avril 1998 Conférence Générale »Voici, nous disons bienheureux, ceux qui ont souffert patiemment)

Le Président Monson a écrit en 1989 : « Dans la vie, comme dans le travail, on a toujours besoin de personnes qui pourraient être appelés des perfectionnistes. Leurs rangs sont peu nombreux, leurs opportunités nombreuses et leur contribution importante.

Depuis le tout début jusqu’au temps présent, la question fondamentale revient pour être posée à chacun qui participe à la course de la vie. Vais-je faiblir ou vais-je finir ? De la réponse dépend les bénédictions de joie et de bonheur tant dans la mortalité que dans la vie éternelle du monde à venir ; » (Message de la Première Présidence » Finishers wanted, Ensign, June 1989)




(Publié par LDSChurchNews - Traduit par Claudie)




Faites confiance au Seigneur

Publié le 12 Septembre 2012




"Si le Seigneur vous demande de faire quelque chose ou attend de vous que vous fassiez quelque chose, et que vous ne savez pas vraiment comment procéder; faites de votre mieux. Allez dans la direction que vous devriez prendre, faites confiance au Seigneur, donnez-lui une chance et il ne vous laissera jamais tomber." George A. Smith




Vivre l'Evangile par de petites choses

Publié le 11 Septembre 2012

Durant la veillée du DEE de Dimanche soir, Elder Holland, Apôtre de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, nous ensigne les vérités suivantes: " Nous ne pensons plus à Sion comme l’endroit où nous allons vivre mais plutôt la façon dont nous allons vivre.......


Découvrez son discours en vidéo.....









L’Église de Jésus-Christ

Publié le 10 Septembre 2012


Je souhaite vous témoigner, à vous, nos amis, du Christ que nous révérons et adorons dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Nous croyons au Jésus historique qui a marché sur les sentiers poussiéreux de la Terre sainte et nous déclarons qu’il est le seul et même Dieu que le divin Jéhovah de l’Ancien Testament. Nous déclarons qu’il est pleinement Dieu dans sa divinité et pleinement homme dans son expérience mortelle, le Fils qui était un Dieu et le Dieu qui était un Fils ; qu’il est, pour employer les termes du Livre de Mormon, « le Dieu éternel » (page de titre du Livre de Mormon).

Nous témoignons qu’il est un avec le Père et le Saint-Esprit, les trois étant un : un en esprit, un en force, un en objectif, un en voix, un en gloire, un en volonté, un en bonté et un en grâce ; un dans toutes les formes et toutes les facettes concevables de l’unité, à l’exception de leurs corps physiques distincts (voir 3 Néphi 11:36). Nous témoignons que le Christ est né de son Père divin et d’une mère vierge, qu’à partir de l’âge de douze ans il s’est occupé des affaires de son vrai Père et que, ce faisant, il a mené une vie parfaite et exempte de péché et a ainsi fourni un modèle à tous les gens qui vont à lui pour le salut.

Nous rendons témoignage de chaque sermon qu’il a donné, de chaque prière qu’il a prononcée, de chaque miracle qu’il a fait descendre des cieux et de chaque acte rédempteur qu’il a accompli. Sur ce dernier point nous témoignons qu’en accomplissant le plan divin pour notre salut, il a pris sur lui tous les péchés, tous les chagrins et toutes les maladies du monde, saignant à chaque pore dans l’angoisse de tout cela, d’abord à Gethsémané puis en mourant sur la croix du Calvaire, en offrande expiatoire pour ces péchés et ces pécheurs, y compris chacun d’entre nous.

Au début du Livre de Mormon, un prophète néphite a vu « qu’il [Jésus] était élevé sur la croix et mis à mort pour les péchés du monde » (1 Néphi 11:33). Plus tard ce même Seigneur a affirmé : « Voici, je vous ai donné mon Évangile, et ceci est l’Évangile que je vous ai donné : que je suis venu au monde pour faire la volonté de mon Père, parce que mon Père m’a envoyé. Et mon Père m’a envoyé pour que je sois élevé sur la croix » (3 Néphi 27:13-14 ; voir aussi D&A 76:40-42). C’est en effet un don de l’Esprit « de savoir que Jésus-Christ est le Fils de Dieu et qu’il a été crucifié pour les péchés du monde » (D&A 46:13).

Nous déclarons que trois jours après la Crucifixion, il s’est levé de la tombe dans une immortalité glorieuse, les prémices de la résurrection, ayant ainsi rompu les liens physiques de la mort et les liens spirituels de l’enfer, assurant un avenir immortel pour le corps et l’esprit, un avenir qui ne peut s’accomplir dans la plénitude de sa gloire et de sa majesté qu’en acceptant [le Sauveur] et en reconnaissant son nom comme le seul « nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés ». Il n’y a pas non plus, il ne pourra jamais y avoir « de salut en aucun autre » (Actes 4:12).

Nous déclarons qu’il reviendra sur la terre, cette fois en puissance, en majesté et en gloire, pour régner en Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Il est le Christ que nous louons, dans la grâce de qui nous nous confions implicitement et explicitement et qui est « le pasteur et le gardien de [nos] âmes » (1 Pierre 2:25).

On a demandé un jour à Joseph Smith, le prophète : « Quels sont les principes fondamentaux de votre religion ? » Il a répondu : « Les principes fondamentaux de notre religion sont le témoignage des apôtres et des prophètes concernant Jésus-Christ, qu’il est mort, a été enseveli et est ressuscité le troisième jour et est monté au ciel ; et toutes les autres choses qui ont trait à notre religion n’en sont que des annexes. »


Jeffrey R. Holland - Apôtre de Jésus Christ de l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours

Les membres et les amis de l’Église sont invités à participer à la conférence générale d’octobre 2012

Publié le 6 Septembre 2012


La Première Présidence et le Collège des douze apôtres invitent tous les membres et les amis de l’Église à assister à la cent-quatre-vingt-deuxième conférence générale semestrielle les samedi 6 et dimanche 7 octobre 2012.
Des enseignements seront donnés par la Première Présidence, les membres du Collège des douze apôtres et d’autres Autorités générales et officiers généraux de l’Église.
Des sessions générales se tiendront le samedi à 10h00 et à 14h00, suivies de la session de la prêtrise à 18h00, heure de Salt Lake City. Deux autres sessions générales se tiendront le dimanche à 9h30 et à 14h00, heure de Salt Lake City. La session du matin comprendra l’émission du Chœur du Tabernacle, la parole sur les ondes.


Regarder en direct



Les membres peuvent regarder la conférence à l’église ou chez eux.
Pour regarder la conférence à l’église, vérifiez avec vos dirigeants locaux que la diffusion par satellite ou par Internet est disponible.


La diffusion en direct sera aussi disponible en ligne....


Écoutez ce que le président Monson et des membres du monde entier disent de l’importance de la conférence en cliquant sur l'image.






Les missionnaires saints et saufs au Costa Rica

Publié le 6 Septembre 2012


Suite à
un tremblement de terre de magnitude 7,6 dans le nord-ouest du Costa Rica mercredi matin, Scott Trotter, un porte-parole de l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours, a rendu un compte rendu des missionnaires servant dans la Mission du Costa Rica de San José, la seule mission dans le pays.


« Tous les missionnaires dans la zone touchée sont sains et saufs. L'église continue de surveiller la situation et est prête à répondre aux besoins », a déclaré Trotter.


Le séisme a été
enregistré à l'origine comme un tremblement de terre de magnitude 7,9 avant d'être révisé à 7,6 sur l'échelle de Richter. Il a frappé juste à l'extérieur de la petite ville de Hojancha, environ 130 Kilomètres de San José, la plus grande ville du Costa Rica. Le Centre d’alerte de Tsunami du Pacifique a annulé toutes les alertes aux tsunamis pour la région.


L’Église de
Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a un temple et plus de 38.000 membres au Costa Rica.


(Publié par le DeseretNews)

Renforcer l'apprentissage: Demandez, « Qu'avez-vous appris en primaire aujourd'hui ? »

Publié le 4 Septembre 2012Par Sœur Rosemary Wixom M., Sœur Jean A. Stevens et Sœur Cheryl A. Esplin


«Qu'avez-vous appris en primaire aujourd'hui ?»
En tant que parent, combien de fois avez-vous posé cette question ?
Votre question peut-elle apporter une différence dans la vie de votre enfant ? Oui !


Votre conversation avec votre enfant après la primaire peut faire toute la différence. Lorsque les enfants expliquent dans leurs propres mots les doctrines évangéliques dont ils ont tout simplement été enseignées, un véritable apprentissage se déroule.


Votre question n'est pas toujours, « Qu'avez-vous appris ? »  Elle peut être: «Quand avez-vous ressenti le Saint-Esprit aujourd'hui ?  »
« Qu'est-ce que vous allez faire cette semaine grâce à de ce que vous avez appris à la Primaire aujourd'hui ?»  ou « Que pouvons-nous faire en tant que famille ?»


Leurs réponses peuvent être simples au premier abord, mais quand ils sentent votre désir sincère d'écouter, cela ouvrira la porte à la poursuite du dialogue.
Les Zoramites dans le Livre de Mormon « se rassemblaient un jour de la semaine, qu’ils appelaient le jour du Seigneur » (Alma 31:12), mais ils « rentraient chez eux, ne parlant absolument plus de leur Dieu, jusqu’à ce qu’ils se fûssent de nouveau assemblé... »(Alma 31:23).


Les principes d'apprentissage des enfants en primaire sont trop précieux pour ne pas être discuté dans les murs de nos propres foyers. Les enfants peuvent éprouver deux fois le partage chaque semaine, un en primaire et un à la maison avec leurs parents et leurs familles.


Henry B. Eyring a déclaré durant la conférence générale de 2010 Avril,
« La plus grande des aides que nous pourrons apporter à ces jeunes sera de leur faire sentir que nous sommes confiants qu’ils sont sur le chemin qui les ramènera à Dieu et qu’ils peuvent y arriver. Et la meilleure façon de le faire, c’est de les accompagner. »
Nous les accompagnons lorsque nous ramenons la Primaire à la maison.


Voici quelques idées supplémentaires:
- Assurez-vous que la primaire fait partie de la conversation le dimanche soir.
- Appuyez sur ce qu'ils ont appris en primaire et faites-en référence durant la soirée familiale.
- Décidez ce que vous pouvez faire en famille afin appliquer cette doctrine pendant toute la semaine.
- Créer des opportunités pour votre enfant à partager ce principe avec d'autres, peut-être avec grand-mère et grand-père au téléphone.
- Chantez les chants de la Primaire de votre foyer qui enseignent ce principe.


Quand Jésus-Christ a visité les Néphites Il a dit, « c'est pourquoi, rentrez chez vous, et méditez les choses que j’ai dites, et demandez au Père, en mon nom, de pouvoir comprendre, et préparez votre esprit pour demain... » (3 Néphi 17:3).


Plus tard dans 3 Néphi, nous lisons: « il arriva qu’il instruisit et servit les enfants de la multitude  ... et il leur délia la langue, et ils dirent à leurs pères des choses grandes et merveilleuses ...» (3 Néphi 26:14).


Ces choses grandes et merveilleuses sont dans les réponses même de votre question: «Alors, qu'avez-vous appris en primaire aujourd'hui?» 




(Publié par LDSChurchNews – Traduit par Leanna)


Tout le monde peut créer

Publié le 3 Septembre 2012





Le désir de créer est l’une des aspirations les plus profondes de l’âme humaine. Quels que soient nos talents, notre formation, nos antécédents, nos compétences, nous avons tous le souhait inhérent de créer quelque chose qui n’existait pas.


Tout le monde peut créer. On n’a pas besoin d’avoir de l’argent, un poste ou de l’influence pour créer quelque chose de valable ou de beau.


La création apporte beaucoup de satisfaction et un profond sentiment d’accomplissement. Nous progressons et nous faisons progresser autrui quand nous prenons de la matière inorganisée pour en faire quelque chose de beau, et je ne parle pas du nettoyage des chambres de vos enfants adolescents.
Vous pourriez dire : " Je ne suis pas créative. Quand je chante, je suis toujours un demi-ton au-dessus ou en-dessous de la note. Je ne sais pas tracer une ligne sans règle. Et le pain que je fais ne peut servir que de presse-papier ou de bloque-porte."


Si c’est ce que vous ressentez, réfléchissez et souvenez-vous que vous êtes des filles d’esprit de l’Être le plus créatif de l’univers. N’est-il pas remarquable de penser que notre esprit a été façonné par un Dieu infiniment créatif et éternellement compatissant ? Réfléchissez à cela : votre corps d’esprit est un chef-d’œuvre dont la beauté, le fonctionnement et les capacités défient l’imagination. (...)


Plus vous faîtes confiance à l’Esprit et plus vous vous reposez sur lui, plus votre capacité de créer grandit. C’est la possibilité qui vous est donnée dans cette vie et votre destinée dans la vie à venir. Faites confiance à l’Esprit et reposez-vous sur lui. En profitant des occasions normales de votre vie quotidienne pour créer quelque chose de beau et d’utile, vous améliorez non seulement le monde qui vous entoure mais aussi votre monde intérieur.




Dieter F. Uchtdorf
- Apôtre de Jésus Christ de l'Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours